C'est très motivant de savoir que mon carnet de voyage sera lu par les copains et d'autres.
J'ai fait de mon mieux pour partager mes découvertes. Merci à tous ceux qui m'ont suivi.

Mon circuit Nord en 2014

Mon circuit Sud en 2012
POUR QU'UNE PHOTO S'AFFICHE EN PLEIN ECRAN, IL VOUS SUFFIT DE CLIQUER DESSUS

AZROU - KHENIFRA - AZROU (2)

50èm jour (Mercredi 28 mai) : 

Couché de bonne heure, réveillé de bonne heure.
A 7h je suis déjà dehors et me rends à pied dans le centre (15 mn) et commence par me prendre un bon petit déjeuner.


Je rejoins l'arrêt des grands taxis pour Ain Leuh et attends 20 minutes avant que le taxi se remplisse et s'en aille (14 Dr)

30 minutes plus tard je descends à l'entrée du village, le traverse (aucun intérêt, même si le village est réputé pour la beauté de ses femmes), et j'arrive à la sortie à 9h30. Jusque là rien de bien compliqué.







LA ROUTE DES CÈDRES
Si ce n'est que la suite n'est pas gagné. J'ai en effet fait le pari de rallier la ville de Khenifra ("considérée comme la perle des montagnes marocaines aux couleurs rougeâtres et comme la capitale des lacs"), en passant par la "route touristique des Cèdres" qui d'après ce que l'on m'a dit n'est empruntée que par de rares touristes. Le scénario d'hier à toute les chances de se reproduire mais cette fois j'ai 87 km à parcourir.
J'ai pris soin d'emporter une petite laine dans le cas où je devrais dormir dehors.





Après avoir marché un petit quart d'heure, un premier véhicule se pointe et me conduit quelques km plus loin, me déposant en pleine forêt, là où les cèdres sont les plus beaux. Je reprends ma marche, pas pressé qu'une autre voiture me prenne à son bord, en raison de la beauté du coin.




Après 45 mn de marche, je suis quand même bien content qu'un touriste d'Arabie Saoudite me prenne en stop.


45 mn plus tard il me dépose à un croisement qui mène au premier site à voir sur cet itinéraire, les sources de l'oued Oum Er Rbia situées à moins de 2 km.
Je m'y rends tranquille (à pied évidemment), mais au bout de 45 mn de marche, toujours rien en vue. Je me dis que j'ai dû me planter et aperçois une femme berbère, chargée de trois gros sacs et d'un enfant dans le dos.












J'attends qu'elle arrive à ma hauteur et lui demande mon chemin. Elle me fait comprendre que je dois redescendre au carrefour. Je lui prends deux de ses sacs (10 kg au moins) et faisons route ensemble, échangeant quelques mots sans se comprendre. Je m'arrête pour prendre une photo, et voila t'y pas qu'elle se met à poser devant l'objectif.




Une fois parvenu au carrefour je m'arrête devant le panneau indicateur et comprends mon erreur, ce dernier affichant deux directions alors que je n'en avais vu qu'une.


Je marche depuis 1h30 et j'ai encore un petit quart d'heure avant d'arriver au parking du site. 


Un site magnifique composé d'une quarantaine de sources d'eau douce et de sept d'eau salée, dont la plus grande se déverse en cascade.







En m'éloignant je découvre de très beaux chardons bleus. 






 Et je prends même une photo en macro d'une mante religieuse.



Sur le chemin du retour je m'arrête dans un des nombreux petits restaurants établis en bordure de l'eau où l'on mange à même le sol sur de jolis tapis. Au menu, des tajines ou.... des tajines. Je mange donc un tajine (très bon) à 70 Dr que je négocie à 50.






Il est 14 h et il est grand temps que je parte car il me reste encore pas mal de route avant Khenifra.








Après une petite heure de marche, aucune voiture n'est passé dans les deux sens.
Je m'arrête sous un arbre car il fait très chaud et je commence à fatiguer.
Un panneau indique qu'il me reste encore 43 km à parcourir. Je me retrouve rapidement entouré d'enfants très sages qui se laissent gentiment photographier.






Une demi heure s'écoule avant qu'une voiture approche..
Je me précipite et lui barre la route. Le chauffeur est réticent mais devant mon insistance finit par accepter de me conduire jusqu'à Khenifra. Je n'aurai donc pas à dormir dehors cette nuit.
On commence à discuter (en anglais) car le chauffeur Said qui est en vacances, vit à Rotterdam depuis 15 ans. Il est accompagné de son jeune frère Soufiane, et deux copains, Aziz et Abdou. Said devient de plus en plus sympa, m'offre des cerises et des cigarettes.

L'Aguelmane Azigza
Au bout d'une demi heure on arrive à un nouveau croisement menant au second site intéressant sur cette route, l'aguelmane Azigza. Alors que je me demande si je dois prendre le risque de descendre au risque de rester bloquer, Said accepte de faire les deux km pour que je puisse voir le site.
"Aguelmane Azigza signifie "le lac vert" en berbère. C'est un lac naturel d'origine karstique, à une altitude de 1474 m, situé à 30 km de Khénifra.  Il est entouré de reliefs calcaires, couvert d’une forêt à prédominance de cèdres et de chênes."


Un lac magnifique dans un site sauvage où des tentes berbères installées sur ses rives invitent à la pause.








On y reste une heure, prenons un thé (que mes 4 vacaciers refusent que je paye) sous une des tentes, et en repartons à 16h45.
A 17h30, Said me dépose à la gare routière (après avoir fait un détour). Une rencontre bien sympathique au final et un pari gagné haut la main grâce à lui (et aux deux autres chauffeurs, les seuls à être passés sur cet itinéraire de 87 km). J'ai vraiment eu beaucoup de chance.
Il ne me reste plus qu'à trouver un transport pour revenir sur Azrou, cette fois par la route directe passant par la ville de Mrit (bien moins intéressante que l'autre évidemment).
Le prochain bus ne part qu'à 19h30 mais je monte dans un grand taxi (l'arrêt étant juste à côté) qui n'attend plus que moi pour partir.
1h30 de route (35 Dr) et une arrivée à Azrou à 19h. Je m'installe quelques minutes plus tard au café Venezia. J'avais emporté la tablette avec moi et je peux bosser jusque 21h30 avant de rentrer à l'auberge en petit taxi.
Une journée superbe (et de très belles photos) qui efface d'un coup le mauvais souvenir de celle d'hier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous choisissez le profil "anonyme" n oubliez pas de signer votre message, merci.