C'est très motivant de savoir que mon carnet de voyage sera lu par les copains et d'autres.
J'ai fait de mon mieux pour partager mes découvertes. Merci à tous ceux qui m'ont suivi.

Mon circuit Nord en 2014

Mon circuit Sud en 2012
POUR QU'UNE PHOTO S'AFFICHE EN PLEIN ECRAN, IL VOUS SUFFIT DE CLIQUER DESSUS

IMILCHIL (2) (+ Environs)

25èm jour (Samedi 3 mai) :  

J'avais prévu de prendre mon petit déjeuner au Collier d'Ambre mais la patronne du gîte à insisté pour que je le prenne chez elle sans qu'elle me fasse payer quoi que ce soit. Elle et son mari son vraiment adorables.




Il est 8h30 et je ne dois pas tarder car aujourd'hui, c'est jour de marché à Imilchil et j'aimerais découvrir le marché aux bestiaux avant qu'il ne soit trop tard, ce dernier commençant dès 4h du matin.

Il est encore actif lorsque j'arrive et j'y passe près d'une heure à observer les transactions, les palpages de pis, l'embarquement des bêtes (surtout des moutons plus quelques chèvres et vaches) dans de vieux camions Bedford.

Il y a aussi un homme qui vante les mérites de son produit miracle, une poudre pour les dents. J'arrive à prendre pas mal de photos dont quelques portraits plutôt réussis, profitant du fait que tout le monde est trop occupé pour remarquer ma présence.




























Mais le marché d'Imilchil, c'est aussi un marché de denrées alimentaires, d'objets en plastiques, en métal, tout ce que l'on trouve d'habitude dans ces marchés qui ont lieu une fois par semaine.

Le fait d'être à Imilchil ce samedi n'est pas un hasard. Depuis Fes déjà, j'avais étudié mon timing, (d'autant plus que demain, un autre marché hebdomadaire a lieu à Outerbate sur la route de Rich.) J'adore l'ambiance de ces marchés. Déjà en 2012, je m'étais régalé avec celui de Had Draa.




















Le marché aux bestiaux est une affaire d'hommes. Mais dans cette partie du marché les femmes venues des villages alentours sont assez nombreuses, toutes plus belles les unes que les autres. Armé de mon télé je parviens à prendre quelques photos qui reflètent bien leur beauté.










Je retourne au village m'acheter une grande bouteille d'eau pour une fois que j'y pense et quitte Imilchil à 10h30. A cette heure les villageois commencent à s'en aller.







 Ce matin j'ai pris soin de noter des noms de villages
se suivant le long d'une vallée partant d'Imilchil.





Le premier village que je traverse, Iboukhennane est situé à un kilomètre d'Imilchil



















J'arrive au second village, Amardoul Aouragh sur le coup de midi


















Ali Ou Daoud, le troisième village n'est qu'à trente minutes à pied du précédent













A 13h15, j'atteins le dernier village, Oudeddi









La vallée s'arrête à cet endroit et le village suivant "Oulgazi" est trop éloigné pour envisager un retour à Imilchil avant la nuit.


Aucun de ces villages ne sont accessibles en voiture et je suis passé de l'un à l'autre en suivant des petits chemins entre les cultures. 



Une balade géniale qui montre que l'on peut très bien se faire des petits treks sans passer par des guides.

A 13h45 je reviens sur mes pas en évitant de repasser par le même chemin qu'à l'aller, privilégiant la zone désertique qui s'étend des deux côtés de la zone cultivée. Je croise en chemin quelques groupes de villageois de retour du marché à cheval.








Le ciel se charge peu à peu en nuages, le tonnerre commence à gronder et à 15h15 je reçois mes premières gouttes de pluie. Pluie qui se transforme rapidement en grêle alors qu'il me reste encore une demi heure de marche. Toujours bras nus, je passe un moment peu agréable et arrive trempé au Collier d'Ambre pour me boire un café et me réchauffer. J'en profite pour rédiger ce texte en attendant que la pluie cesse.

En résumé un des grands moments du voyage que je ne suis pas près d'oublier. Même si ces villages sont désormais dotés de l'électricité et que l'on peut voir de temps en temps une parabole, on y fait un vrai voyage dans le temps, on y rencontre des gens d'une extrême gentillesse malgré une vie rude. Un Maroc authentique bien loin du confort des riads de Marrakech et des boutiques de souvenirs de Fes.

A part un couple croisé au marché ce matin je n'ai rencontré aucun autre voyageur aujourd'hui.

J'ai quand même bien morflé aujourd'hui. Un sacré coup de chaud ce matin (n'ayant pas pris le soin de me protéger pour la simple raison que je n'ai pas emporté de produits solaires et qu'on en trouve pas dans le coin évidemment). Or, les UV atteignent vite un haut degré à une telle altitude. Puis la grêle qui m'a un peu meurtri les bras, et enfin le froid quand je suis arrivé trempé. Mais en fin d'après midi Zaid m'a informé qu'il y avait de l'eau chaude et j'ai pu prendre une bonne douche réparatrice.

On est pas si mal dans ce gîte finalement. Dommage que je sois encore le seul client.

Une journée qui ne me sera pas revenu cher puisque en plus des 50 Dr de ma nuitée je n'ai dépensé que 40 Dr en nourriture et boissons, m'étant contenté d'une simple crêpe avec de la Vache qui rit comme unique repas de la journée (en plus du pain confiture du petit déjeuner).




2 commentaires:

  1. Et moi je vois bien que tu es "un mec" qui voyage ! Pas de Kway, pas de pull, pas de chapeau, pas de crème solaire, pas de petite bouteille d'eau..... Pas sérieux ça.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis vraiment ravi par votre blog.
    Les photos sont sublimes.
    Moi aussi j'ai fait plusieurs fois Imilchil

    RépondreSupprimer

Si vous choisissez le profil "anonyme" n oubliez pas de signer votre message, merci.