C'est très motivant de savoir que mon carnet de voyage sera lu par les copains et d'autres.
J'ai fait de mon mieux pour partager mes découvertes. Merci à tous ceux qui m'ont suivi.

Mon circuit Nord en 2014

Mon circuit Sud en 2012
POUR QU'UNE PHOTO S'AFFICHE EN PLEIN ECRAN, IL VOUS SUFFIT DE CLIQUER DESSUS

FES (4)

19èm jour (Dimanche 27 avril) : 

9h30 : Départ en taxi que je partage avec une française rencontrée à l'auberge qui va s'installer au Cascade. Bien que je recommande cette adresse, je préfère rester à l'auberge qui constitue une havre de paie bien appréciable après une journée passée dans la médina. Aujourd'hui je vais suivre le circuit rouge intitulé "Artisanat", circuit partant de la Bab Boujloud.











J'emprunte cette fois la Talaa Kbira, plus authentique que la Talaa Sghira. Je me procure dans une librairie le guide des circuits touristiques thématiques pour 100 Dr. 80 pages, de nombreuses photos et un plan de la médina d'un mètre de long donc pas facile à consulter. Heureusement, chaque circuit à son propre plan dans le livre. Très utile ne serait ce que pour avoir un complément d'information en plus du routard.

Ma première visite est celle de la médersa Bou Inania, la plus grande et la plus belle de la ville. Entrée : 10 Dr. J'arrive au bon moment à 10h, quelques minutes avant l'arrivée de nombreux groupes qui me font fuir.


"La Médersa Bou Inania fut édifiée par le sultan Abou Inan Faris, entre 1350 et 1355, sous la dynastie des Mérinides. Elle était située dans la ville, dans un quartier faisant jonction entre la vieille cité et les nouvelles constructions mérinides.
C'est la seule médersa de la ville qui comporte un minaret. Elle est également la seule à être accessible aux non-musulmans. Elle jouxtait aussi des boutiques permettant son financement, ainsi que de vastes latrines, qui témoignent de son caractère public. En effet, la médersa fonctionnait aussi bien comme une école que comme mosquée du vendredi"












Face à la sortie on peut voir ce qu'il reste d'une horloge hydraulique : des poutres de bois qui s'échappent du mur. Sous les 12 fenêtres marquant les heures, 13 poutres de bois en porte-a-faux soutenaient 13 boules. Un mécanisme à l'arrière, actionné par une circulation d'eau, permettait de savoir l'heure par l'ouverture successive des fenêtres.




Je m'accorde déjà une pause thé au Café Clock situé devant la médersa. L'endroit le plus branché de la médina installé dans un vieux palais avec plein de petits salons et une décoration originale. A cette heure le café est très calme mais je devine que le soir il est plein de jeunes.






On peut aussi y prendre des cours de calligraphie, de yoga et même de danse du ventre.Wifi évidemment. Fortement recommandé.







Il est déjà 11h30 et je m'en vais continuer le circuit. Je remonte le souk dans sa partie la plus authentique avec ses nombreux étals de nourriture, jusqu'à la Bab Al Mahrouq, retrouvant le même type de produits que ceux vus hier au souk R'Cif.










Revenant sur mes pas je découvre au fil de ma balade de nombreux ateliers en tous genres le plus souvent installés dans d'anciens foundouks : marqueterie, maroquinerie (babouches et poufs), instruments de musique (fabriqués à partir de peaux de raies !), tannerie, selles de chevaux....


























A 13h15, je visite la médersa Attarine, plus intime que la précédente et tout aussi finement décorée de zelliges, stucs ornés de motifs végétaux et de frises reproduisant des versets du Coran. Entrée : 10 Dr.



"La Médersa Attarine est une ancienne école coranique de Fès au Maroc. Elle fut construite entre 1323 et 1325 par le sultan mérinide Abou Saîd Othman sous la dynastie des Mérinides. Elle doit son nom au quartier où elle a été construite, le quartier Attarine, un souk de parfums et d'épices.
Véritable merveille architecturale, elle est considérée comme étant la plus belle médersa de Fès. En effet, outre ses belles structures à l'authenticité typiquement orientale, elle se caractérise par ses somptueuses ornementations. Les pans de cèdre finement sculptés, les plâtres soigneusement travaillés et les zelliges subtilement décorés font de la médersa Attarine un véritable bijou de l'architecture arabo-musulmane"



















14h, j'atteins la place Lalle Yeddouna qui marque la fin du circuit.




Après une nouvelle pause thé je me rends en taxi jusqu'à la porte Bab Guissa, point de départ d'un nouveau circuit. Celui de couleur bleue intitulé "Connaissances et savoir faire", un peu dans la continuité du précédent, car axé aussi sur l'artisanat. Métiers à tisser, atelier d'objets en corne (un des derniers à se maintenir face à la prolifération d'objets en plastique)...








Il est 15h quand je m'arrête déjeuner dans une minuscule échoppe servant comme plat unique de la soupe de fèves (agrémentée d'huile d'olive, d'ail et de cumin) accompagné de pain. Un met succulent qui ne me coute que 5,5 Dr. N'envisageant pas de re-manger d'ici ce soir, j'aurai battu le record du plus bas budget bouffe depuis que je voyage.




Passage devant la zaouira Sidi Ahmed Tijani, au décor extérieur fin et coloré.












Visite d'une boutique de tissus "L'art de tissage Fassi" très riche en couleur et montée à l'étage d'une autre boutique donnant sur les tanneries chouara, moyennant le paiement d'un backshish de 10 Dr.
























La fin du circuit passe devant plusieurs édifices religieux fermés à la visite, sans intérêt vus de l'extérieur, sauf la mosquée des Andalous dont je photographie l'entrée.
"Cette mosquée fut érigée en 859-860 sous le règne de la Dynastie Idrisside par une femme appelée Mariyam el Fihriya, sœur de Fatima el Fihriya, fondatrice de la Mosquée El-Qaraouiyyîn, l'autre grande mosquée historique de Fès.
Située en haut d'une montée accessible par marches, la mosquée des Andalous est reconnue visuellement pour son monumental portail orienté au nord, orné de zelliges avec un auvent en cèdre sculpté et par son minaret blanc doté de faïences vert foncé. Une fontaine se situe au milieu du patio et la mosquée possède une bibliothèque. On y trouve à l'intérieur une chaire en bois datant de 980."



Avant de reprendre un taxi pour me rendre à la Bab Boujloud (12 Dr)

Et passer la fin d'après midi sur la terrasse de l'hôtel Cascade, confortablement installé, avec thé à la menthe (un de plus!) et tablette en main.
En résumé, encore une journée riche en belles découvertes sous un ciel d'un bleu intense (comme hier). J'en ai fini avec les circuits thématiques car le dernier "Murailles et Fortifications" présente moins d'intérêt, est trop long pour être fait à pied et passe par des endroits que je connais déjà.

Mais je resterai à Fes une journée de plus car il me reste encore quelques sites à voir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous choisissez le profil "anonyme" n oubliez pas de signer votre message, merci.