C'est très motivant de savoir que mon carnet de voyage sera lu par les copains et d'autres.
J'ai fait de mon mieux pour partager mes découvertes. Merci à tous ceux qui m'ont suivi.

Mon circuit Nord en 2014

Mon circuit Sud en 2012
POUR QU'UNE PHOTO S'AFFICHE EN PLEIN ECRAN, IL VOUS SUFFIT DE CLIQUER DESSUS

SEFROU - MIDELT

22em jour : Mercredi 30 avril : SEFROU - MIDELT


7h : Départ de chez Said, ravi de quitter ce lieu un peu glauque.

Je me rends en petit taxi (5 Dr) jusqu'à l'arrêt des grands taxis pour Boulmane.

Je dois attendre près d'une heure le temps que le taxi soit plein. J'en profite pour rédiger la fin du texte de la journée d'hier et mettre mes comptes à jour.



Départ pour Boulmane à 9h.
(une heure de route / 30 Dr)

Nouvelle attente d'une heure avant le départ en bus cette fois pour Midelt. (2h15 / 20 Dr).

Un trajet monotone au paysage sans intérêt, la route droite traversant de vastes étendues désertiques.


Arrivée à Midelt


Je me rends à l'hôtel Bougafer, local mais plutôt sympa avec une agréable terrasse offrant une belle vue sur la ville, une chambre simple à 60 Dr et un café au rez de chaussée avec wifi.






Une ville minière

"Midelt est un gros bourg de montagne de 8000 habitants situé à 1 521 mètres d’altitude.

La ville a été créée par le protectorat français en 1917 pour devenir un centre administratif de la région, afin de faciliter l'extraction du plomb, du gypse, et d'autres minéraux fossiles provenant des mines voisines d'Ahouli, et de Mibladen, 25 km au nord de Midelt, au pied du Mont Ayachi (3757 m d’altitude). Les premiers gisements avaient été découverts en 1907.
La ville en 1920 - http://www.levieuxmaroc.com

En 1926 les Français créent la société "les mines d’Aouli" afin de veiller sur leurs intérêts et renforcent ainsi leur présence dans la région. Ils développent de nombreuses infrastructures, notamment un vaste complexe hydroélectrique permettant d’alimenter l'une des premières centrales électriques du Maroc qui alimente les mines et ses alentours, ainsi qu’un chemin de fer entre Midelt et la côte méditerranéenne. Midelt a eu l'électricité depuis 1930.

Les mines d’Aouli ont fermé en 1980 à cause d’une gestion défaillante et de la baisse des cours du plomb. L’ancien village des ouvriers, les installations, ainsi que les habitations des cadres sont encore présents.

L'activité de Midelt est encore liée aux mines voisines, mais seulement Mibladen continue de fonctionner à haute capacité. Le plomb, le gypse, et une foule de minéraux moins connus sont extraits pour la vente à l'industrie et pour les décorations des maisons.

La ville aujourd'hui

Midelt aujourd'hui, fonctionne comme marché d'une zone agricole s'étendant du fleuve de Moulouya au Jbel Ayachi, région réputée pour sa production de pommes. Elle produit aussi des noix, des abricots, des prunes, des grenades, du blé, du maïs, et une grande variété de légumes de jardin.
Les nomades et les fermiers sédentaires élèvent également des moutons et des chèvres pour l'abattage et pour les laines.
L'artisanat fournit en particulier des tapis et des couvertures de style nomade qui sont vendus à la fois localement et dans les grandes villes du Maroc.
Midelt est peuplée en grande partie de Berbères Amazigh. Très peu de non-autochtones. La communauté non-autochtone la plus ancienne qui s'y est établie est celle des sœurs franciscaines et des moines cisterciens qui vivent au monastère de Notre-Dame de l'Atlas dans un village voisin. Les religieuses travaillent avec les femmes et les jeunes filles locales pour développer l'artisanat, y enseigner l'hygiène, et la langue française.
Le tourisme continue à croître, une source importante de revenus. Le climat attire de nombreux visiteurs, surtout des Marocains et quelques émigrés d'Europe. Ces derniers ont ouvert plusieurs petits hôtels ainsi que deux grands établissements de restauration pour les Européens. 

Selon un témoignage sur le forum du Routard :

"Pour les mines d'Aouli, il faut compter 3-4 h pour vous y rendre et autant pour le retour. La route est caillouteuse et en mauvais état, il y a aussi des gués à traverser. Les paysages sont magnifiques, pas âme qui vive, aucun touriste ni aucun habitant non plus. Nous y étions il y a quelques années, en avril / mai et en voiture de tourisme. D'ailleurs, je ne suis pas sûre qu'on soit arrivé aux mines, car la route était très défoncée et à la limite, impraticable. On a choisi de faire demi-tour.

La dernière étape ou nous étions arrivés, c'était un village de mineurs abandonné, dans un vallon, vraiment grandiose, mais ça faisait froid dans le dos. Personne sur la route, hormis des mines clandestines, le long de la route, en fait des trous dans le sol, où les mineurs descendent à l'aide de cordes et y puisent des minéraux. Vraiment spectaculaire et difficile ! Ils vivent sur place, très sommairement, dans des tentes ou sous des bâches."


Visite des mines

Je demande au fils du patron de l'hôtel, très sympa comme son père, ce que je peux faire pour m'occuper l'après midi. Il me confirme qu'il n'y a rien à voir ici mais que je peux me rendre à Mibladn à 15 km en taxi, un village où se trouve des mines.

Je prends un petit taxi (5 Dr) pour me conduire à l'arrêt des grands taxi desservant le patelin. Il n'y a qu'un seul taxi et une seule personne à attendre. La place coutant 5 Dr, je paye pour les 4 autres passagers pour éviter une trop longue attente.

J'arrive après 20 minutes de route dans un village fantôme, à cette heure tout du moins car j'apprendrai plus tard que 300 familles y vivent.













Je n'y rencontre personne en dehors d'un guide qui me propose de me conduire aux mines. Je lui réponds que je préfère me balader tranquille et m'en vais découvrir le village désert. 

Le guide tente de me suivre mais j'arrive à le lâcher et me dirige vers un site de mines repéré en arrivant, mines de plomb argentifère et de dérivés comme la vanadinite, le plomb étant exploité pour l'industrie, la vanadinite étant extraite pour un usage commercial vers l'Europe.



Les mines sont disposées les unes à côté des autres,
et s'enfoncent horizontalement à environ 5 m sous terre. 

 

Elles sont fermées depuis une trentaine d'années et je parviens quand même à pénétrer assez profondément en m'aidant de mon appareil photo en flashant dans l'obscurité pour savoir ce que j'ai devant moi. Impression bien étrange et une série de photos comme je les aime, jouant sur les contrastes de couleurs.











Je rejoins la route et se pose l'épineux problème du retour sur Midelt. Ou je retourne au village en espérant trouver un taxi quitte à devoir payer l'ensemble des places, pour peu qu'il y ait un taxi, ou marcher vers Midelt en espérant qu' une voiture passe.

J'opte pour cette solution bien qu'il fasse chaud et que je n'ai évidemment pas pris le soin d'emporter de l'eau. Heureusement, une voiture venant de Midelt s'arrête avec à son bord un directeur de mine et un de ses employés qui vont déposer des minéraux à Mibladn avant de retourner à Midelt.

Je fais la connaissance de Adil qui me donne plein d'infos. Sur le chemin du retour on fait une courte halte à sa mine où travaillent 200 personnes sur un espace d'environ 3 km carré. Mais je ne parviens pas à me rendre compte de leurs conditions de travail (probablement très pénibles).








Toujours est-il que je suis de retour à Midelt à 17h.




Installation sur la terrasse de l'hôtel face à la ville pour rédiger ce texte.
Bien que je sois désormais à 1500m d'altitude, je n'ai pas froid malgré le vent qui se lève.

Je descends ensuite au restaurant du rez de chaussée pour profiter de la wifi et dîner dans la foulée (soupe marocaine et tajine au kofta (boulettes de viande hachée).


C'est marrant car en dehors des restaurants pour touristes on ne trouve que des cafés dont certains proposent à manger. Mais les Marocains qui fréquentent assidument ces cafés à tout moment de la journée et surtout le soir pour regarder les matchs, y mangent rarement. Ils mangent chez eux puis se rendent au café prendre le thé devant la TV.

Le ciel, sans le moindre nuage depuis une bonne semaine s'est couvert ce soir avec de gros nuages annonciateurs de pluie.


Pour en savoir plus sur Midelt, cliquez ICI


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Si vous choisissez le profil "anonyme" n oubliez pas de signer votre message, merci.